Un projet immobilier se prépare sans ménagement

Un projet immobilier se prépare sans ménagement

Lors de l’achat d’un logement, au-delà de la joie d’obtenir un bien important à soit pour concevoir un nid et refuge pour la famille et la descendance, il y a tout un panel de barrières financières à passer. De prime abords, il y a les frais principaux utiles à l’achat du bien et puis il y a des frais annexes, un peu comme une taxe qui serait payée en direct et puis toute scelles un peu plus masquées ou qui se découvrent peu à peu après l’achat, payables bon en mal en mais afférentes tout de même à ce plaisir d’être propriétaire. Il est indispensable de connaître tous les frais et le budget utile avant de s’endetter ad vitam et éternam.

Comment évaluer les frais principaux liés à l’achat d’un logement ?

Ils paraissent évident car bien mentionnés avant l’achat. Une petite liste non exhaustive est envisageable et recense à priori :

  • Le financement personnel qui se nomme autrement également « l’apport personnel » qui est un budget plus ou moins conséquent acquis au gré des années, des économies réalisées, des tombées de sommes d’argent impromptues etc
  •  Le financement externe dénommé « crédit » ou « emprunt ». Là, bien entendu, en fonction de la somme d’argent sollicitée, les intérêts à rembourser seront d’autant plus variables. Cela représente parfois une part importante du budget à hauteur de la moitié de la créance empruntée. C’est ce qui oppose souvent une première barrière lorsqu’un bien immobilier intéresse mais que le compromis ne peut être signé malgré un apport personnel, des taux d’intérêts attractifs. Car, à cela, il convient aussi d’ajouter des frais d’assurances et de dossiers
  •  Les frais de justice à savoir les frais de notaire attestant l’acquisition du bien via la possession reconnue et légitimée par acte officiel consigné par un représentant assermenté. Ils sont calculés en fonction de la valeur du bien et ajustant un pourcentage soit une partie de la valeur nette du bien
  •  Les frais d’agence sont variables et souvent négociables autant que la prix d’achat mais là encore, les mandataires se rémunèrent sur le transfert de bien pour avoir mis en contact les protagosnistes.
  •  Des taxes de publicité foncières, celles départementales ou communales.

Comment évaluer les frais annexes liés à l’achat d’un logement ?

Plus difficilement quantifiables car ils dépendant là encore du bien, de son état, de son positionnement au sein d’une propriété existante. Il est possible de connaître certains frais à l’avance tels que les frais de jouissance du bien comprenant notamment les charges de copropriétés pour l’entretien d’un bâtiment ou des lieux avoisinants tels que les espaces verts. Il est utile de savoir si un syndic est mandaté ou tenu par les propriétaires en place. En fonction de la ville, des projets, du confort environnant proposé au sein d’une urbanisation nécessitant d’importants moyens d’entretien d’une population, il sera important de se renseigner sur les taxes locales d’habitations et de foncier. Elles sont recouvrables dès lors qu’une déclaration d’habitation dans el logement à compter du 1er janvier de l’année civile à été signalée. Enfin, les travaux sont parfois estimables mais difficilement quantifiables en réalité avant que n’interviennent les professionnels du corps d’état compétent.

Comment négocier certains frais ?

En ayant recours à des mandataires, il est parfois possible de négocier les frais

  •   Pour la banque, les frais de dossiers ou bien les assurances d’hypothèque en ayant pris soin d’utiliser un comparateur en ligne d’assurance hypothécaire et obtenir de réelles économies pour votre budget pour être en position de force et négocier.
  •  Pour l’agence tout comme l’ancien propriétaire, il n’existe pas de référentiel connu, il s’agit d’être force de proposition selon la motivation des protagonistes pour conclure l’affaire financière et immobilière.
  •  Pour les frais de déménagement, il est utile de réduire la charge de volume à transporter et donc de se séparer de certaines affaires matérielles. Il faut prendre un peu de temps pour vendre idéalement ces possessions plus mineures afin d’obtenir un gain d’argent pour constituer un budget permettant de racheter ultérieurement si nécessaire.